Accueil » Actualites Ofor » RANEROU FERLO DANS LA DSP : la zone sylvopastorale expose ses besoins en eau potable

RANEROU FERLO DANS LA DSP : la zone sylvopastorale expose ses besoins en eau potable


Lundi 7 août 2023

Le département de Ranérou Ferlo, très connu dans ses activités sylvopastorales, est entré dans la Délégation de Service Public (DSP) de l’eau. Désormais, la gestion de l’ensemble des ouvrages hydrauliques en milieu rural est confiée à la Sénégalaise des Eaux Rural (SDER) qui a signé un contrat d’affermage avec l’Office des Forages Ruraux (OFOR). Toutefois, les populations ont attiré l’attention du nouveau fermier sur la spécificité de la zone où l’élevage constitue l’une des principales activités.

L’amélioration de la desserte en eau potable des villages du département de Ranérou Ferlo demeure une priorité aux yeux des acteurs de l’hydraulique rurale. C’est pour cette raison essentielle que l’Office des Forages Ruraux (OFOR) a décidé de mettre en place une Délégation de Service Public (DSP) avec comme fermier la Sénégalaise des Eaux Rural (SDER).

Le Comité Départemental de Développement (CDD) présidé par le Préfet Sidy Sarr Dièye a permis de discuter sur beaucoup de points importants avant le démarrage des activités de la SDER. Les Associations des Usagers de Forages (ASUFOR), les Comités de Pilotage des Forages (COPIFOR), les associations d’agropasteurs, de jeunes et de femmes, les chefs de village, entre autres ont plaidé pour une augmentation de la production de l’eau, une amélioration de la distribution par un meilleur accès à travers les extensions de réseaux.

L’accent a été particulièrement mis sur la spécificité de la zone qui enregistre la forte présence des éleveurs à la recherche du pâturage. Plusieurs intervenants à la réunion dont le président de la Maison des éleveurs du département de Ranérou Ferlo Demba Pathé Bâ, le président du COPIFOR Samba Dia de Younou Féré et la représentante du DIRFEL (Directoire des Femmes en Elevage) ont demandé la démultiplication des abreuvoirs afin que le bétail puisse en bénéficier. Les élus territoriaux comme le Président du Conseil départemental de Ranérou Ferlo Amadou Dawa Diallo, le Maire de Oudalaye Dr Oumar Bâ, la première Adjointe au Maire de Lougré Thioly Oulèye Ndiaye ont axé leur intervention sur la place des collectivités territoriales, le raccordement de certains villages et hameaux, le respect des obligations contractuelles et la nécessité de sensibilisation de tous les acteurs sur la réforme de l’hydraulique rurale qui est la base légale de cette nouvelle orientation dans la gestion des ouvrages hydrauliques.

Faisant le point, le Sous-préfet de Vélingara Ferlo Cheikh Oumar Tidiane Kamara a indiqué que 42 Comités de Pilotage des Forages (COPIFOR) ont été installés sur les 48 forages que compte son arrondissement. Ce, en plus du COPIFOR installé par le Préfet de Ranérou Ferlo. Ce qui fait un total de 43 COPIFOR. Il ajoute que dans la commune de Oudalaye, 25 COPIFOR ont été mis en place sur les 29 forages. La zone est aussi marquée par une forte solarisation car seuls 2 forages fonctionnent avec l’électricité de la SENELEC sur les 49 forages du département. M. Kamara poursuit : « plusieurs COPIFOR sont endettés et le manque de formation handicape leur bon fonctionnement. Sur les 49 forages, seuls 14 ont un compte bancaire. Nous avons noté un problème de qualité de l’eau, des difficultés pour le bétail d’accéder à des abreuvoirs, la mauvaise qualité du carburant et de l’huile à moteur utilisés est souvent à l’origine des nombreuses pannes de forages. Le prix du m3 d’eau varie entre 250 FCFA qui est noté seulement à Loumbol Samba Abdoul et 500 FCFA. Pendant l’hivernage, nous notons une baisse des recettes qui entraîne automatiquement la baisse des rémunérations des conducteurs de forage. Il y a donc beaucoup de problèmes de gestion à l’exception de quelques comités. Autre problème, les équipements d’exhaure qui sont très difficiles à avoir. C’est pourquoi, nous avions pensé à la création d’une boutique de l’hydraulique. Aussi, il est difficile de déplacer le camion grue de Matam. ».

En réponse aux interrogations, le Directeur du Contrôle de l’Exploitation de l’OFOR Ndiamé Diop est revenu sur les enjeux de la réforme qui vise justement à professionnaliser la gestion des ouvrages à travers les réformes qui ont conduit à la mise en place des ASUFOR puis des COPIFOR. « Le patrimoine de l’hydraulique rurale est sous la responsabilité de l’OFOR qui a signé un contrat d’affermage de dix (10) ans avec des fermiers comme la SDER dans la zone Nord (régions de St-Louis, Matam et Louga). Nous veillerons à ce qu’elle respecte les obligations contractuelles. Des contrôles réguliers seront faits pour s’assurer de la bonne qualité de service et de la qualité de l’eau. Les usagers sont liés à la SDER par un contrat d’abonnement. L’implication des collectivités territoriales est un point essentiel de la réforme. D’ailleurs, sur recommandation du Ministre de l’Eau et de l’Assainissement, des comités de suivi des DSP seront installés dans les régions, départements et arrondissements. ».

Le Directeur des Travaux de l’OFOR Mamadou Diokh a appuyé dans ce sens tout en rappelant l’historique des forages dans le Ferlo : « la réforme de l’hydraulique rurale est une forme de justice sociale parce que chaque usager paie ce qu’il a effectivement consommé. Beaucoup de programmes sont en mouvement dans la zone pour accompagner le délégataire. Nous vous informons que l’OFOR dispose d’une plateforme de gestion des demandes et réclamations avec un numéro vert qui est le 800 80 30 30. ».

Le Directeur Général de la SDER Mor Diop a souligné que le règlement de service est son carnet de bord. Il rassure sur l’expérience du groupe SDE qui a gagné des appels d’offres au niveau national (de 1996 à 2019 dans le monde urbain et périurbain du Sénégal) mais aussi au niveau international notamment en Arabie Saoudite (6 ans de gestion de l’eau à La Mecque) et en République Démocratique du Congo (Kinshasa avec une population de plus de 13 millions d’habitants, Lubumbashi…). Nous allons améliorer la qualité de service et celle de l’eau tout en respectant les tarifs homologués (250 FCFA le m3 pour les usagers domestiques…) conformément au contrat signé avec l’OFOR qui sera chargé de nous contrôler. Je tiens à rappeler que notre démarche sera inclusive. Donc, les profils locaux seront privilégiés dans notre politique de recrutement que nous déroulerons dans le cadre légal du Code du travail comme nous l’avons fait à Ourossogui et ailleurs. ». M. Diop a également informé de l’exécution de programmes de branchements sociaux pour le compte de l’OFOR et du programme « Eau pour tous » que la SDER va mettre en place pour faciliter les conditions de paiements des branchements ordinaires.

Après plus de cinq (5) tours d’horloges, le Préfet de Ranérou Ferlo Sidy Sarr Dièye a clôturé la réunion qui a été l’occasion de lever les équivoques sur la DSP et de fixer les acteurs sur la nouvelle organisation du sous-secteur. « La durée et la qualité des échanges sont une preuve que la question de l’eau est une priorité dans le département. Je rappelle que les COPIFOR avaient été informés de l’imminence de la DSP. Cette politique publique demande une appropriation par les populations. Et, cela passe par la communication. En tant qu’autorité administrative, nous appliquerons la réforme et nous défendrons les intérêts des populations. » a-t-il précisé.

Etaient aussi présents à ce CDD, l’Adjoint au Préfet de Ranérou Ferlo Ndiouga Mbow, le Chef de la Division régionale de l’Hydraulique (DRH) de Matam Demba Mbow, le Chef de la brigade puits et forages de Ranérou Ferlo Abdoulaye Sougou Guèye et d’autres services techniques de l’Etat.

Voir les photos : https://forages-ruraux.sn/revivez-en-images-le-comite-departemental-de-d...